Spécialiste en contenus

rédactionnels

L'histoire de Youdee

Août 1987

La première Y de la famille

À la radio, on joue La Bamba de Los Lobos, toute ma famille – ma grand-mère et son chemisier XL épaulettes intégrées, ma marraine et sa permanente à la Cyndi Lauper, mon grand-frère et sa coupe au bol… – se presse à la clinique de Saint-Mard (Virton) pour faire la connaissance de la première petite fille génération Y de la tribu : moi-même.

C'est l'été, mais il pleut des cordes. Le monde ne connait pas encore les téléphones portables, Mark Zuckerberg a à peine 3 ans et Google n’existe pas. Mes parents seraient incapables de deviner le métier que je ferai en 2020, mais ce n’est pas ça qui les préoccupe pour le moment. Ils ont ouvert le champagne et se remettent de leurs émotions.

Septembre 2005

« Regardez à votre gauche et à votre droite » (coup de vieux n°1)

Oui, je sais, on fait un grand bond dans le temps, mais je suis sûre que vous ne m’en voudrez pas de vous épargner mes stages de poterie, ma passion pour les Spice Girls et les vacances en Ardèche.
Passons de suite aux choses sérieuses : Université Libre de Bruxelles, septembre 2005, auditoire Paul-Émile Janson. J’ai 18 ans. C’est le discours d’accueil des nouveaux étudiants et les profs ont décidé de nous faire des blagues.
« Regardez à votre gauche et à votre droite.
L’année prochaine, il n’y en aura qu’un sur 3 qui sera encore là ».

Bonne ambi, comme dirait l'autre.
Et pourtant, à ce moment-là, je ne sais pas encore que je vais vivre quelques-unes des plus belles années de ma jeune vie : apprendre comment on crée un programme informatique (et l’oublier totalement par la suite), lire (presque tout) Don Quichotte, rencontrer mes meilleurs amis, me la jouer Auberge Espagnole pendant 6 mois au pays de la tortilla, perdre un certain nombre d'euros dans un bar nommé Gauguin et – quand même – décrocher un master en com', ticket d’entrée pour "la vie active".

 

Septembre 2011

Diplôme en poche (coup de vieux n°2)

Photo de Amandine Van Neste

Retour à l’auditoire de Paul-Émile, c’est la cérémonie de remise des diplômes, la boucle est bouclée. Pas peu fière de mon déguisement d’Américaine tout droit sortie de 7 à la Maison, malgré une chaleur étouffante, j’écoute attentivement les discours de nos professeurs. L'heure n'est plus aux blagues de mauvais goût. Il semblerait que j'ai survécu à la sélection naturelle annoncée 6 ans plus tôt. Ma mère est fière comme un paon, et une phrase de mon grand-père, qui n’est déjà plus là, résonne en moi : « Le travailleur arrive à coup sûr ». Tu ne croyais pas si bien dire, papy !

Après moult célébrations, me voilà de retour au bercail, en Gaume, région connue pour son légendaire microclimat et ses petits airs du Sud, berceau de l'Orval et du moteur à explosion, mais qu’aucun Bruxellois (ou presque) ne peut situer sur la carte de la Belgique.

Comme beaucoup de jeunes de mon âge, je me tourne vers le Grand-Duché de Luxembourg pour faire mes premiers pas professionnels, avec comme solide objectif de trouver un emploi dans le secteur culturel. Je me vois déjà travailler dans un cinéma ou un musée, mais c'est sans compter sur un secteur très difficile d'accès.

J’avance, j’ouvre les portes qui se présentent à moi, avec déjà dans un coin de ma tête, cette envie de voler de mes propres ailes. Je comprends néanmoins qu’avant de pouvoir espérer devenir mon propre patron, j’ai beaucoup à apprendre.

Le temps passant, le fil rouge de mes différentes expériences en entreprise se tisse autour de l’écriture, l’une des formes de communication qui me plait le plus.

Novembre 2017

Baby on board (coup de vieux n°3)

En novembre 2017, un événement vient bouleverser ma vie et me remettre les idées en place (ou pas).

Un petit être inoffensif, à la tête d’ange (mais qui semble pourtant parfois mandaté par le diable en personne), vient jeter derrière mon épaule tout l'accessoire pour ne garder que l’essentiel. Entre 3 couches et 2 biberons, je reprends ce rêve rangé dans un coin de ma tête - créer ma propre entreprise - et commence, sans véritablement m’en rendre compte, à le transformer en projet, celui de devenir rédactrice professionnelle.

Avril 2019

C'est une bonne situation ça, freelance ?

Au printemps 2019, les conditions sont propices pour concrétiser cette envie qui ne me quitte plus : devenir indépendante.

Entreprendre tout en étant une jeune maman, ce n’est pas simple, et puis, il me faudra revoir quelques acquis, me former encore dans certains domaines tels que le référencement naturel, afin d'être capable d'écrire pour le web, mais c’est faisable, et puis, j’ai le soutien de mes proches.

Je décide de tout de même garder ma ceinture de sécurité et opte pour le statut d'indépendante complémentaire, du moins, dans un premier temps, et je me lance.

Un.

Deux.

Trois.

Go !

La suite, elle se raconte sur ce site web, sur mon blog et mes réseaux sociaux.

Mais au fait, pourquoi Youdee ?

C’est un secret 😉

Mais je le partage avec certains privilégiés.

Vous voulez en connaître l’histoire ? Contactez-moi !

 

Mon bagage professionnel et mes formations

Master en information et communication, à finalité communication des entreprises

Université Libre de Bruxelles

2011

Formation en stratégie de contenus et rédaction web

IHECS Academy (formatrice : Isabelle Bontridder)

Bruxelles, 2020

Formation "Caféine" stratégie de contenu SEO

Celles Qui Osent

En ligne, 2019

Téléchargez mon CV

Ils m'ont fait confiance

rédactrice freelance client luxembourg.j
journaliste freelance belgique.png
rédactrice freelance virton arlon.png
rédactrice freelance culture.jpg

Youdee | Rédaction web & print |Marie FRANÇOIS | Virton, Wallonie - Belgique | contact@youdee.be | Mentions légales